Mes débuts en télégraphie.

Un soir d'été ( enfin,  je crois . . . ) mon père arriva sur la terrasse de la maison avec un vieux

transistor ondes courtes d' où sortaient des flop flop intempestifs. Il ressemblait à peu près à çà . . .

 

J'avais 15 ans.  Il ne m'en a pas fallut plus.  j'étais CONTAMINÉ  !

 

 

 

 

Nous avions également dans un coin de la maison un ancien poste radio qui permettait de recevoir les ondes courtes et qui fini sur mon bureau d'écolier, j'avais 15 ans. J'entendais toujours des flop flop et à l'aide d'un dictionnaire,  en écoutant des balises qui répétaient la même chose, je fini par connaitre l'alphabet morse . . .

Suivi la construction de mon premier manip, une pince à linge bricolée et un buzzer avec quelques composants.

 

 

 

Bientôt un récepteur avec un BFO arriva, le grand luxe ! J'arrivais enfin à entendre de vrais " bip - bip " , et je commençais à écouter les bandes amateurs.

Quelques mois plus tard un superbe TS-510 Kenwood, et une antenne long fil de 20 mètres.
Je passe la licence F6 au printemps 1978 au radio club d' Antibes en compagnie d'une équipe de copains qui pour beaucoup sévissent toujours.
Automne 1978, à quelques jours de mes 18 ans, je rentre à l' Ecole des Sous Officiers d'Active des Transmissions à Agen.

Une fois l'alphabet Morse connu, voici une bonne vitesse de perfectionnement :

- Vitesse moyenne de trafic :

20 mots de 5 caractères à la minute 

25 mots de 5 caractères à la minute

Vitesse minimum pour accéder au club HSC

High Speed Club